Comment faire classer sa maison située rue Ernest Jamart.

Chers amis, chers voisins,

l’association Ault Environnement met à disposition de ses adhérents un kit de survi qui nous aide, entre autre, à faire classer ou protéger nos maisons.

Voici quelques images datées dans le temps qui permettent aux propriétaires de la rue Jamart d’apporter la preuve (en l’absence de documents du type acte de vente, nom de l’architecte etc…) de la période de construction du bâtiment. Nos maisons s’inscrivent dans une architecture balnéaire de la deuxième moitié du dix-neuvième siècle et sont les plus anciennes d’Ault dans la catégorie « villégiature ». Elles sont antérieures à celles d’Onival et celles du Bois de Cise. Elles constitue un témoignage unique et nous rappelle à quel point nous devons en prendre soin et les défendre contre vents et marées, et surtout contre des décisions gouvernementales absurdes et aveugles à l’humain (nous, nos enfants, les enfants de nos enfants) et à l’architecture balnéaire du dix-neuvième. Je vous rappelle que dans toutes les autres villes de la côte, les maisons seraient classées et protégées depuis très très longtemps comme à Trouville, Cabourg, Deauville ou au Touquet. Nous avons bien sur, par le biais de l’association Ault Environnement et à titre personnel, alerté la DRAC et les architectes des bâtiments de France. Certes, nos maisons ont perdus de leur superbe parfois. Mais pas au point d’être aveugle à l’intérêt qu’elles présentent pour nous et les génération futures.

Je vous invite, également, à venir partager vos documents, coupures de presse ou autre sur nos bâtiments chéris.

La datation se fait grâce à des éléments tangibles : la construction datées de 5 casinos successifs.

Le premier  date de 1860.

Le second de 1880.

Le troisième de 1909.

Le quatrième de 1933.

et le dernier de 1948.

Grâce à la présence de ces bâtiments, nous pouvons dater la construction de la quasi intégralité de la rue d’avant 1880.

Vous trouverez également des informations sur nos maisons ici : inventaire.picardie.fr

Si vous avez la moindre difficulté, je suis à votre disposition pour vous filer un coup de main.

Si vous souhaiter faire l’acquisition de cartes postales d’époque sur notre rue, vous les trouverez ici : http://www.delcampe.net/items?language=F&searchString=ault&cat=0&catLists%5B%5D=-2&searchOptionForm%5BsearchMode%5D=extended&searchOptionForm%5BtermsToExclude%5D=&searchOptionForm%5BsearchTldCountry%5D=net&searchOptionForm%5BsearchInDescription%5D=N&searchOptionForm%5BsearchTranslate%5D=N

Le premier  Casino (1860) : la rue est déjà construite !

1044190_400954726682612_800218266_n

 

1)  1880-1908

ault-1909 970833_334333580028105_485945884_n-1 Capture d’écran 2013-06-27 à 18.36.14

971643_324958674298929_866025813_n

« Les premiers balbutiements du tourisme à Ault datent de la seconde moitié du XIXème siècle, comme bon nombre des petites villes côtières de la Normandie voisine. En effet, sur toutes les côtes à cette époque se développent les séjours de bains de mer. Dans un premier temps réservée à l’aristocratie ou la grande bourgeoisie, cette mode se popularisa dès le début du Xxème siècle et prit véritablement son envol dans les années 30 avec les premiers congés payés.
Ault possède de nombreux avantages à l’installation d’une station balnéaire: un site naturel remarquable, la proximité parisienne, accentuée par le développement à grande vitesse des chemins de fer. Mais jusqu’aux années 1860, cette vogue des bains de mer se concentre sur les littoraux normands (Trouville, Cabourg, Deauville) ou du Nord-Pas-Calais (Le Touquet). La côte picarde s’éveille lentement…
Les premiers baigneurs s’aventurent à Ault dans les années 1860 et dès ses débuts, la station s’efforce d’offrir aux vacanciers les «outils» incontournables d’un séjour réussi: bains, casino et hotels…
Il est à noter que dès le départ, les aménagements touristiques vont de pair avec l’aménagement et la protection du front de mer.
De ce point de vue, l’édification successive de quatre casinos est révélateur non seulement de la volonté d’Ault d’être considérée comme une station balnéaire, mais également de l’indispensable nécessité d’aménager et de protéger le front de mer des assauts marins.
Dès la fin des années 1860, il existe donc un premier casino – modeste cabane en bois. Parallèlement, des travaux sont entrepris pour améliorer le front de mer au bas de la Grande Rue. Il faut dire qu’il cumule les handicaps: la plage y est escarpée, couverte à marée basse de rochers provenant des falaises, et les bancs de sables y sont rares. Par ailleurs, le bourg est enclavé dans sa vallée sèche, avec peu de possibilité d’extension aussi bien pour la station naissante que pour la plage. »

Systèmes d’Information Géographique, Académie de Rouen
http://hist-geo.ac-rouen.fr/dkn/BDS/BDS_fiche_05.html

« Les premiers baigneurs s’aventurent à Ault dans les années 1860 et dès ses débuts, la station s’efforce d’offrir aux vacanciers les «outils» incontournables d’un séjour réussi: bains, casino et hotels…
Il est à noter que dès le départ, les aménagements touristiques vont de pair avec l’aménagement et la protection du front de mer.
De ce point de vue, l’édification successive de quatre casinos est révélateur non seulement de la volonté d’Ault d’être considérée comme une station balnéaire, mais également de l’indispensable nécessité d’aménager et de protéger le front de mer des assauts marins.
Dès la fin des années 1860, il existe donc un premier casino – modeste cabane en bois. Parallèlement, des travaux sont entrepris pour améliorer le front de mer au bas de la Grande Rue. Il faut dire qu’il cumule les handicaps: la plage y est escarpée, couverte à marée basse de rochers provenant des falaises, et les bancs de sables y sont rares. Par ailleurs, le bourg est enclavé dans sa vallée sèche, avec peu de possibilité d’extension aussi bien pour la station naissante que pour la plage.
Pourtant, les points positifs de ce front de mer existent et permettent à Ault de développer son tourisme balnéaire: la possibilité de s’isoler sur la plage du côté des falaises (côté Bois de Cise), la découverte des coquillages et des crustacés et bien entendu une vue imprenable sur les falaises normandes.
Afin de protéger ce front de mer, un épi avait déjà été édifié à la fin du XVIIIème siècle dans la partie nord de la plage, à peu près au niveau du grand épi bétonné actuel. Restauré et prolongé une première fois en 1838, une seconde fois en 1850, il permet l’accumulation de galets dans la partie la plus haute de la plage et protège ainsi les premières maisons.
Ces maisons, situées tout près du front de mer, sont les premières villas construites à Ault par des estivants aisés. »
Systèmes d’Information Géographique, Académie de Rouen
http://hist-geo.ac-rouen.fr/dkn/BDS/BDS_fiche_05.html

En août 1874, Jules Adeline, dessinateur, graveur, architecte et historien rouennais, de passage à Ault note: “Certaines personnes, soucieuses avant tout de repos et de tranquillité, n’ont pas manqué de découvrir, (…) un petit endroit assez isolé… Le bourg d’Ault est une modeste ville de bains perdue entre les falaises. La route de Saint Valery à Eu y conduit par une pente assez rapide. La saison des bains n’y est pas fort animée, la rue principale est souvent vide et les baigneurs doivent y goûter certainement tout le calme et tout le repos désirés. Ce n’est certes pas le Casino — le Casino de rigueur — qui peut attirer la foule; car à peine grand comme une cabane de douaniers, il ne peut contenir qu’une demi-douzaine de personnes. Mais n’importe, le principe est sauvegardé, et le bourg d’Ault est une ville de bains puisqu’il a un Casino! Cependant, du haut des terrasses qui dominent la Grande Rue, la vue est splendide…”
Jean Monborgne, Histoire du bourg d’Ault.
BDS_011

BDS_007

2) après 1909.

BDS_009 Capture d’écran 2013-06-27 à 18.36.46

3) 1933 : le quatrième Casino :
A cette époque, une plage sans casino n’est pas concevable: La municipalité décide non seulement d’en reconstruire un, mais aussi, pour le protéger et défendre la falaise, d’entreprendre un vaste programme d’édification d’épis pleins en charpente entre Ault et Onival. Un nouveau casino municipal voit le jour entre 1932/33.

Capture d’écran 2013-06-27 à 18.34.29 944658_321500727978057_1726399691_n 644489_436119173146238_983000054_n

4) le cinquième et dernier casino d’architecture école Auguste Perret.IVR22_048000097NUCAB_P 856514_320024974767770_1929546788_o

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s